Histoire

1896

1911

1951

1989

2016

Jean-Baptiste Goffaux

Nicolas Goffaux

Marie-Thérèse Goffaux

René Goffaux

Bernard Goffaux

L'histoire de la brasserie Goffaux commence avec Jean-Baptiste Goffaux, né en 1847. Rien ne prédestinait Jean-Baptiste à devenir brasseur. Aîné d'une famille de 7 enfants, originaire de Mellery, il devint charron comme son père. De son mariage avec Sidonie Baudoux, native de Marbisoux, il reprit une ferme rue de la Croix à Marbisoux. C'est le 7 juillet 1896 que Jean-Baptiste acheta la ferme-brasserie datant du 18ème siècle qui appartenait à la famille Dellier. Elle était composée de 2 brasseries situées des deux côtés de la rue. La brasserie Goffaux-Boudoux était née. La plus ancienne brasserie, au sud-ouest du domaine, comprenait 3 cuves d'ébullition, 3 cuves-matières  et 3 cuves de refroidissement. La plus récente, près du corps de ferme était constituée de 2 cuves d'ébullition  et de 4 cuves-matières.

 

À cette époque, la brasserie produisait 3 bières différentes : la bonne, la tiercée et la mêlée. Elles étaient conditionnées en tonneaux de chêne de capacité variable : pièce, tonneau ou baril.

 

 

 

Nicolas, le plus jeune des enfants de Jean-Baptiste, né le 2 juillet 1891, ne se destinait pas au brassage de la bière. Il devint instituteur et entama un régendat en 1911. C'est cette même année que le décès de son père le contraignit d'interrompre ses études afin de prendre les rennes de la brasserie. Dès cette époque, il fut secondé par sa soeur, Marie-Thérèse, née le 8 juillet 1888, qui organisait le travail quotidien.

 

Lors de l'occupation du pays par les Allemands en 1914, les brasseries ont été répertoriées et contraintes de déclarer la consommation de grains. Les anciennes déclarations témoignent de 21 tonnes de grains par an, ce qui correspond a environ 1000 hectolitres de bière par an.

 

Après la guerre, Nicolas developpa la brasserie en adaptant l'offre. Vers 1925, la brasserie proposait 7 bières: bière de ménage, saison, spéciale, triple, Gueuze, Diest et Brabançonne. En 1937, Nicolas décrocha, pour la Brabançonne, un diplôme d'excellence à l'occasion de l'exposition de la boisson organisée par l'Institut d'Alimentation de Bruxelles. Cette bière était considérée comme bière de luxe et fut renommée La Belge en 1940.

 

 

 

Nicolas a envoyé son fils aîné, René, à Bruxelles afin de se former au métier de brasseur. Pendant 2 années, René suivit les cours organisés par l'Institut National des Industries de Fermentation de Bruxelles. En 1943, alors agé de 19 ans, il obtint son diplôme de brasseur.

 

Le 1er août 1951, René reprit la brasserie. Les années d'après-guerre furent difficiles pour la brasserie Goffaux : la plupart des cuves de brassage et chaudières avaient été réquisionnées par l'occupant pour les transformer en obus.  Les investissements ont été utilisés pour développer l'exploitation agricole.  Le dernier brassin date de 1954.

René a developpé avec succès le négoce de bières devenant distributeur des plus grands groupes brassicoles belges et étrangers.  Arrivé à 65 ans, il prit sa retraite en 1989.

 

 

 

Pour le 120ème anniversaire de la brasserie, en 2016, Bernard, arrière petit-fils de Jean-Baptiste prit l'initiative de redémarrer la brasserie dans une ferme-brasserie à Villers-Perwin, profitant de l'héritage brassicole de la famille et après avoir suivi quelques formations.

 

La brasserie a été baptisée Brasserie des Arondes, comme un nouveau départ et faisant référence aux hirondelles (aronde est l'ancien nom de l'hirondelle) venant nicher dans les dépendances de la ferme. 4 bières y sont produites: la Spéciale (faisant référence à celle produite en 1925), la Blonde, la Dorée et la Noël.

 

Toutes les bières sont produites en fermentation haute utilisant des grains d'orge et de froment. La technique à l'ancienne est respectée pendant toute la durée du brassage.

En 1896, Jean-Baptiste acheta une ferme-brasserie datant du du 18ème siècle. La brasserie Goffaux est née.

Dans les années 1920, les bières étaient livrées par charrettes. Ce n'est qu'en 1932 que la Brasserie s'équipa d'un camion à moteur et que les bières furent distribuées en bouteilles.

Camion de la brasserie Goffaux entre 1965 et 1975.

1966 - "Tombé dans la bière" depuis tout petit, on voit Bernard devant le camion de la brasserie en compagnie de sa soeur.

Où nous trouver?

 

Rue Gaston Boudin 18

6210 Villers-Perwin

Email: contact@brasseriedesarondes.be

© Copyright. All Rights Reserved.

Suivez nous sur Facebook !